Manifestation contre la loi de sécurité globale, sept journalistes menacés, frappés ou interpellés

À Paris mais aussi dans de nombreuses villes en France, des manifestations ont eu lieu mardi 17 novembre pour défendre les libertés publiques. Elles ont été réprimées brutalement, les forces de police s’en prenant souvent aux journalistes.

Le rassemblement contre la proposition de loi relative à la sécurité globale a rassemblé plus de 2.000 personnes devant l’Assemblée nationale, mardi 17 novembre en fin d’après-midi.

«Je ne pensais pas connaître de mon vivant un Etat allant vers le totalitarisme. Je le lisais dans les livres de science-fiction, et c’est en train d’arriver», dit FredericX, activiste au sein d’Extinction Rebellion. «Le filmage par les drones de la police, couplé à la reconnaissance faciale qui nous identifiera, nous empêchera d’agir.»

Mais c’est surtout l’article 24 qui est visé par les protestataires : il risque de restreindre de façon très importante la possibilité de diffuser des images d’agents des forces de l’ordre et est perçu comme une volonté de cacher les violences policières.[…]

Au total à Paris, sept reporters ont été menacés, frappés ou interpellés : notre photographe, NnoMan Cadoret, Clément Lanot (Line Press), Rémy Buisine (Brut) Simon Louvet (Actu Paris), Taha Bouhafs (Là-Bas si j’y suis), Ulysse Logéat (indépendant) et Hannah Nelson (indépendante).
Lire la suite sur Reporterre

Gérald Darmanin a par ailleurs affirmé, à tort, que les journalistes doivent se rapprocher de la préfecture de police avant la manifestation afin d’être « protégés ».

Vidéo de la mobilisation à Paris par Line Press

Source vidéo Darmanin, Line Press, à propos de Clément Lanot
Image d’illustration par CLNews, Clément Lanot

A lire également

[Vidéo] Friedrich Engels : dans l’ombre de Marx

Éclipsé au fil des décennies par l’immense héritage de Karl Marx, Friedrich Engels (1820-1895) se …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *