Portland sous occupation d’agents fédéraux

Agents du DHS dans les rues de Portland

Jeudi, Donald Trump a annoncé qu’il allait déployé des policiers armés du Département de la Sécurité intérieure(DHS)[A mi chemin entre police et armée intérieure, les prérogatives du DHS, créé dans la suite du 11 septembre 2001, sont supposées être le terrorisme, l’immigration etc…] dans les villes ayant eu d’importantes manifestations telle que Portland où des agents du DHS ont brutalisé des manifestants pendant plusieurs semaines.

Trump a initialement limité le déploiement du DHS aux statues attaquées, puis l’a étendu aux autorités locales qu’il considèrent ne pas être suffisamment ferme. Mais déployer les forces du DHS est aussi une opportunité pour tester une nouvelle stratégie: militariser et politiser la suppression des manifestations. Si il n’y a pas de conséquences sérieuses à cette décision, que Trump gagne l’élection ou non, nous verrons le DHS déployé de plus en plus fréquemment aux États-Unis.

Dès fin mai, la police de Portland a mobilisé ses troupes anti-émeutes, visant les journalistes et transformant le centre ville en un stand de dire avec armes à «létalité réduire» et des gaz lacrymogènes. Selon le Williamette Weekly, les fédéraux ont patrouillé dans les rues de Portland depuis deux semaines, tout comme à Seattle et Washington. Reprenant la rhétorique à la fois libérale et l’extrême-droite, le DHS a affirmé que de «violents anarchistes» seraient à l’origine des émeutes. Les fédéraux ont utilisé des voitures banalisées pour arrêter, semble t-il, de manière aléatoire des manifestants:

Des agents du DHS arrêtent un manifestant sans raison apparente puis l’emmènent dans une voiture banalisée.

Si cela devait se normaliser, un jour, le DHS et d’autres agences fédérales pourrait intervenir dans tout le pays de manière régulière, kidnappant des militants dans des voitures banalisées et interdisant les manifestants par la force létale si nécessaire. Trump n’est pas juste un imposteur démagogue, il teste l’équilibre du pouvoir au nom de la classe dominante, cherchant jusqu’où ils peuvent aller.

Des manifestants ont brûlé, lundi 20 juillet 2020 les locaux d’une organisation policière de Portland:

Traduit et inspiré via CrimeThInc, collectif anarchiste américain

A lire également

Le préfet de Paris a bien ordonné l’arrestation préventive de Gilets jaunes

Il s’agit de trois documents qui émanent de la préfecture de police de Paris. Sur …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *